Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fred-De-Mazères

Vidéos sur différents thèmes, randonnées, oiseaux filmés sur mon balcon, aviation, etc...

Randonnée #2 au Bassin de Saint Ferréol...

Vous regardez mon second film de FRED-DE-MAZERES : "Randonnée #2 au Bassin de Saint Ferréol"...

Avertissement c'est un "second film" avec ses défauts, mais aussi avec ses qualités et je m'en excuse d'avance... Les leçons ont été tirées de cette vidéo pour m'améliorer lors de la prochaine randonnée de Fred-De-Mazères avec notamment un stabilisateur de camescope ...

Cette randonnée n'est que ma première visite à Saint-Ferréol car elle a été écourtée par un problème de ma tenue de randonneur, je vous laisse découvrir mon malheureux incident dans le film... Suite à mon ennui de tenue de randonneur, je n'ai pas pu vous filmer la gerbe de Saint-Ferréol située au pied de la montagne noire en aval du lac et du barrage éponyme. Elle jaillit dans un lieu reposant dont l'eau s’écoule ensuite vers le seuil de Naurouze pour réguler le niveau d’eau du canal du Midi.

N'oubliez pas de m'encourager avec un pouce bleu et de vous abonner à ma chaîne You Tube...

Bon visionnage...

FRED-DE-MAZERES

Que savoir sur le Lac de Saint Ferréol ? : (Sources Wikipédia) Le lac de Saint-Ferréol est un lac de barrage français de la montagne Noire situé sur le Laudot, dans les départements de la Haute-Garonne, du Tarn et de l'Aude en région Occitanie. Augmenté par la rigole de la montagne grâce à la percée des Cammazes, il est le principal réservoir pour l'alimentation en eau du canal du Midi. Construit à partir de 1667 (17ème siècle), ce fut pendant plus de deux cents ans le plus grand barrage-masse du monde connu. Ce barrage a été construit par Pierre-Paul Riquet entre 1667 et 1672 dans le but d'alimenter le canal du Midi via la rigole de la plaine, nom donné au petit canal qui descend jusqu'au seuil de Naurouze. Mais le volume de la retenue se révèle insuffisant. Après sa tournée d'inspection en 1685, Vauban décide de creuser la percée des Cammazes et de surélever le barrage pour créer une réserve d'eau sur 67 ha et d’une contenance de 6 millions de mètres cubes. Depuis 1997, le barrage est inscrit au titre des monuments historiques et fait partie des grands Sites de Midi-Pyrénées. Un barrage-masse, le premier d’Europe de cette importance, est édifié avec trois murs : un premier mur en amont de 29,25 m de haut et de 3,90 m d'épaisseur, puis un deuxième mur de 871 mètres de longueur sur 35 mètres de hauteur et 10 m d'épaisseur et enfin un troisième mur en aval de 29,25 m de haut et 2,80 m d'épaisseur. Ces murs sont constitués de granit taillé. Entre les murs, un espace de 60 mètres de largeur est rempli de débris de roche et d'argile. De plus, quatre souterrains permettent d'accéder aux vannes et robinets de sortie des eaux. Une rigole de contournement est creusée au sud du bassin de retenue pour permettre d'évacuer le surplus d'eau vers le Laudot. Un musée construit à proximité du barrage permet de découvrir l'histoire de la construction du canal du Midi. Cet ouvrage a été construit par Pierre-Paul Riquet, ingénieur et architecte à l’origine du canal du Midi, entre 1667 et 1672 dans le but d'alimenter tout au long de l’année ce canal qui relie Toulouse à Sète. Depuis le lac-barrage, l'eau s’écoule sur 34 kilomètres via la Rigole de la plaine, nom donné au petit canal qui descend jusqu'au seuil de Naurouze, point culminant du canal et seuil de partage des eaux. En contrebas du barrage, dans un espace verdoyant et reposant, les Jardins de Saint-Ferréol ont été aménagés progressivement à la fin du XVIIIe siècle. Les premières plantations ont eu lieu dès 1766 sur le talus de la digue du barrage afin d’en maintenir l’étanchéité. Au fond du lac de Saint-Ferréol se trouve une pyramide de 21 mètres de haut. Une sorte d’obélisque qui ressemble à celui érigé entre 1825 et 1827 par les descendants de Riquet, sur le point le plus haut du Canal du midi où se partagent les eaux entre Atlantique et Méditerranée. Alors à quoi peut servir cet obélisque fait de pierre au fond du lac ? Un symbole ésotérique, mystique ? Un signe maçonnique ? La réponse est beaucoup plus simple, cette colonne est utilisée pour mesurer la hauteur de l’eau, donc le volume d’un seul « coup d’œil », et est graduée en toises et en pieds. Le bassin fut commencé au début de l’année 1667, il sera terminé en 1672, pour la partie construite par Riquet, et parachevé en 1687 par Vauban, avec un rehaussement de la digue de 24 pieds. Mille ouvriers vont y travailler durant cinq années sans relâche. La construction de ce réservoir d’eau de 6,3 millions de m3 avait pour but d’alimenter le Canal royal du Languedoc pendant les périodes sèches. Il s’agissait d’une première en Europe et d’une véritable prouesse technologique. Un système qui sera plusieurs fois modifié et est même automatisé de nos jours. C’est au cours d’un de ces aménagements que l’on construira le mur avec son étrange obélisque.
Magnifique lieu à voir et à visiter...
FRED-DE-MAZERES
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article